2016: 9 ans d’activité à Bugendana

Latrines en construction © Protos

BURUNDI - Depuis 2008 Protos est actif dans la commune de Bugendana (Burundi central) coopérant avec l’ONG locale AVEDEC. Il avait été convenu d’unir les forces durant 3 périodes de 3 ans. La coopération avec AVEDEC et la commune de Bugendana prendra donc fin en 2016. Les travaux (d’infrastructure) concernant l’eau potable, l’assainissement, l’hygiène et la Gestion Intégrée des Ressources en Eau seront terminés. Au terme de ces 9 ans de présence de Protos et de AVEDEC nous pouvons constater que cette coopération a été très fructueuse et a résulté en quelques réalisations fantastiques. Le moment est venu de donner un aperçu de ces réalisations et d’envisager l’avenir.

Une coopération fructueuse

Au total 23 kilomètres de conduites d’eau potable ont été construites ou réparées, bon pour au moins 30.000 personnes. 39 sources ont été aménagées de sorte qu’elles puissent être utilisées comme puits d’eau potable pour 12.000 personnes.

210 latrines d’usage domestiques ont été construites, bon pour 3.900 personnes. Dans les écoles primaires de Munyinya et Mugera II deux blocs de latrines équipés de toilettes-EcoSan ont été construits, il s’agit ici de toilettes permettant la séparation des matières fécales solides et liquides. Après quelque temps les excrétions peuvent être utilisées comme fertilisant pour les champs.

Grâce à différentes méthodes participatives (Participatory Hygiene and Sanitation Transformation PHAST) et Hygiène et Assainissement en Milieu Scolaire (HAMS) pas moins de 60.000 personnes changent leurs habitudes en matière d’hygiène. Félicienne Niyonizigiye témoigne : « Nous n’utilisons plus l’eau polluée des marais, car les points d’eau potable sont à proximité de nos maisons. Il y a aussi beaucoup moins de maladies. Et grâce à l’installation de facilités sanitaires les environs restent propres. »

Des milliers de sanplats (des plateaux pour latrines) ont été coulés et distribués, de sorte que les gens pouvaient construire eux-mêmes leurs latrines. Les comités PHAST et HAMS pourraient devenir responsable de la continuation de la production de sanplats.

Une zone naturelle et des terres arables ont été aménagées et protégées selon les principes de la Gestion Intégrée des Ressources en Eau, bon pour une superficie de 40 hectares. Francine Masamvya : « Le fourrage pour les animaux ne constitue plus un problème, les terres arables et la production agricole ont fortement augmenté. L’érosion est contrôlée et le débit des sources est stabilisé. »

Ensuite, on a, depuis 2008, fortement misé sur les différentes formes de gestion. Ainsi, entre autres, la gestion de la Régie Communale des Eaux de Bugendana a été améliorée, des compteurs d’eau ont été installés, et les capacités des acteurs locaux ont été renforcées grâce à diverses formations. Emmanuel Ndihokubwayo : « Aujourd’hui la gestion nous appartient vraiment. Quand, par exemple, il y a une panne nous pouvons brancher un robinet de secours de sorte qu’il n’y a pas d’interruption dans l’approvisionnement de l’eau potable. » Nous sommes heureux de voir que la commune a pris la responsabilité de la gestion.

Et l’après 2016 ?

Protos et ses partenaires ne commencent jamais une coopération sans envisager d’abord ce qui se passera à la fin de l’engagement. Une coopération n’est jamais uniquement basée sur le don de moyens financiers et la construction d’infrastructures. Mais Protos veut aussi la continuation du bon fonctionnement.

Un comité de gestion est créé et formé pour chaque nouvelle réalisation. Ces hommes et ces femmes répondent de la bonne gestion et de l’entretien de l’installation. En premier il y a les comités de gestion des puits d’eau potable. Comme nous abordons la dernière année du partenariat, le fonctionnement de ces comités est pris sous la loupe et, plus tard, ils seront transformés en petites organisations de consommateurs.

Ensuite il y a les comités qui s’occupent de la Gestion Intégrée des Ressources en Eau. Ils seront organisés en groupes d’arboriculteurs.