Ambassadeur de Belgique au Burundi visite les réalisations de Protos

l'Ambassadeur regarde le caveau Ecosan familial © Protos

BURUNDI - En date du 29/12/2016, l’ambassadeur de Belgique au Burundi, Bernard Quintin, a visité les réalisations de Protos. Intéressé par ce que le coordinateur régional de Protos Grands Lacs lui a raconté lors d’une rencontre, l’ambassadeur a sacrifié un peu de son temps pour visiter les réalisations des ONG belges œuvrant au Burundi.

Lors de la rencontre citée ci-haut, le coordonnateur régional de Protos dans les pays des grands lacs a présenté les différents aspects des interventions de Protos qui visent toutes l’amélioration des conditions de vie des ménages. Les réalisations portent entre autre sur la gestion intégrée des ressources en eaux, l’hygiène et assainissement par l’introduction des latrines EcoSan, l’adduction d’eau, protection de l’environnement, le renforcement des capacités etc.

De toutes ces interventions, monsieur Quintin a accordé plus d’attention aux latrines EcoSan. « Ces latrines qui permettent de valoriser les déchets contribuent à la protection de l’environnement, elles bloquent l’infiltration des eaux polluées vers la nappe phréatique et protègent la ressource en eau » a-t-il déclaré l’ambassadeur lors de son entretien avec les enseignants et les administratifs de la commune Isale.

Après il a visité deux endroits à savoir l’école de Muberure qui dispose de deux blocs EcoSan : un pour garçons (4 portes) et un autre pour filles (4 portes également). L’ambassadeur a admiré la propreté à l’intérieur de un EcoSan à l’école de Muberure.

Visitant une famille qui dispose d’une latrine EcoSan, monsieur Quintin était encore un fois surpris de voir une toilette sèche sans odeur en milieu rural. Il a aussi apprécié le dispositif de lavage de mains installé à côté de cette latrine toujours dans le but d’améliorer l’hygiène au niveau ménage rural (sans eau de robinet).

A la fin de la visite, l’ambassadeur a voulu savoir si le fumier tiré de l’EcoSan aurait déjà produit des changements dans la vie du ménage visité. La femme chef de ménage a déclaré que la production du haricot dans son petit champ à côté de la maison a triplé et que grace aux légumes produits dans le ‘kitchen garden’ l’état nutrionnel de la famille s’est amélioré.

La chargée de programme de Protos au Burundi lui a dit aussi que d’après les enquêtes réalisées dans cette commune en 2012, 11 ménages des 50 avaient des enfants qui souffraient de la manutrition alors que en août 2016 un seul enfant présentait des signes de malnutrition.

 

  • Article: Carinie Masumbuko, chargée de programme de Protos au Burundi