CASCADE a été lancé

Point d'eau à Dogbo-Lokossa © Protos

BENIN - Le projet « CASCADE » est mis en œuvre depuis avril 2013 et sera clôturé en décembre 2016. Il vise la concertation et la collaboration effectives entre les autorités locales et les acteurs non-étatiques dans la gestion et la valorisation des ressources en eau et permet progressivement un meilleur accès aux services pour la population locale. Les communes d’Athiémé, de Dogbo et de Lokossa œuvrent ensemble avec le PNE-Bénin et Protos pour atteindre les résultats escomptés. Le projet est cofinancé par l’Union Européenne.

Simultanément à CASCADE, est exécuté dans la même zone d’action, le 3ème projet « Multi Year Program », communément appelé « MYP 3 » et cofinancé par le gouvernement belge. Il existe beaucoup de synergies entre les deux projets, mais pour le « MYP 3 » une approche de « recherche-action » a été mise en avant. CASCADE bénéficie des résultats de cette recherche-action.

Pour atteindre l’objectif, la concertation entre société civile et autorités locales est instaurée dans trois domaines :

  1. La gestion des infrastructures d’eau, via les « Associations de Consommateurs d’Eau Potable », (ACEP)
  2. L’hygiène et assainissement (dans les communautés, les marchés, les écoles…), grâce aux Comité Hygiène et Assainissement, aux Comités de Gestion des marchés, aux clubs « HAMS » (Hygiène et Assainissement en Milieu Scolaire)
  3. La Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE), via les« Organes Locaux de l’Eau », dits « OLE » qui s’assurent que les autorités appliquent les principes de la GIRE au niveau local.

Un certain nombre d’activités a déjà été initié, comme la structuration de trois  Associations de Consommateurs d’Eau Potable (ACEP) ; l’animation d’un dialogue tripartite entre autorités locales, société civile et secteur privé sur les services de l’Approvisionnement en Eau Potable ; le développement des Partenariats Public-Privé (PPP) pour la réalisation des infrastructures d'hygiène et assainissement dans trois marchés ; la recherche-action sur la réalisation de latrines scolaires ; l’application de la méthode « Assainissement Total Piloté par les Communautés » (ATPC) , préconisé par la stratégie nationale ; le développement d’un dispositif d’identification des enjeux GIRE ; et la mise en œuvre des actions de cogestion des ressources en eau suivant les principes de la GIRE.

Encore récemment, il était difficile de voir les résultats de toutes ces activités, ce qui s’explique par le gros travail de préparation en amont de l’activité. En effet, avant de mettre les différents groupes d’acteurs autour de la table ou sous« l’arbre à palabre », il a fallu les organiser, stimuler leurs idées et réflexions et créer une dynamique ouverte ou tout le monde est prêt à écouter l’autre. Beaucoup d’efforts ont été investis dans la structuration des « ACEP », mais aussi dans celle du secteur privé avant de pouvoir organiser le premier « dialogue tripartite ». Il en est de même pour la dynamisation du « PPP » autour des infrastructures d’hygiène et assainissement aux marchés et la recherche-action autour des latrines scolaires, qui devrait trouver des solutions adaptées aux besoins des élèves garçons et filles et des personnes souffrant d’un handicap physique.

En ce qui concerne la GIRE autour des forages artésiens, les acteurs ont d’abord souhaité faire un état de lieu des expériences antérieures afin de tirer les leçons qui s’imposent avant de mettre en œuvre de nouvelles actions. Enfin, la méthode « ATPC » (Assainissement Total Piloté par les Communautés) est une nouvelle approche et tous les acteurs des équipes communales et de Protos jusqu’aux animateurs de terrain ont dû s’approprier des principes et des outils jusque-là peu ou pas connus, avant de se lancer dans cette activité pour que les populations puissent mettre Fin à la Défécation à l’Air Libre (FDAL) et que les ménages se construisent des latrines en bonne et due forme.

Dans les mois à venir, des résultats plus tangibles pourront être attendus :

  1. les latrines scolaires seront réceptionnées à la rentrée en octobre ;
  2. les blocs de latrines aux marchés d’Athiémé et de Lokossa seront inaugurés ;
  3. les premières localités seront déclarées « FDAL » en novembre ;
  4. les travaux démarreront autour des forages artésiens avant la fin de l’année.

 

Harald van der Hoek, représentant résident de Protos au Bénin