Défis majeurs dans les écoles de Isale

3 latrines auprès de l'école de Muberure (qui n'ont pas été construites par Protos). Celui en tôle a été emportée par la pluie. Protos et son partenaire AVEDEC vont y construire 2 blocs de latrines ECOSAN. © Protos

BURUNDI - L’enquête globale en milieu scolaire réalisée en 2010 au Burundi a révélé que 35,3% des écoles primaires ont accès à l’eau potable et seulement 38,0% sont dépourvues de latrines adéquates. Cette enquête met aussi en évidence la faible connaissance en matière d’hygiène aussi bien chez les élèves que chez les parents. Elle signale aussi que les écoles en milieu rural sont les plus touchées par ce manque.

La politique nationale de formation gratuite à l’école primaire, le rapatriement massif des réfugiés burundais de longues dates, associés au fort taux de natalité reconnu au Burundi comme dans d’autres pays africains viennent aggraver la situation. Alors que les normes sont de 50 élèves par classe et une porte de latrine pour 50 enfants pour les garçons et 40 pour les filles, on note plus de 100 élèves par classe tandis que les rampes d’eau et les latrines n’ont pas suivi le même développement selon toujours la même enquête.

Normes HAMS pas remplies

La commune Isale n’échappe pas à cette situation nationale car d’après Mr MBANJEVYIZA Lucien directeur communal de l’enseignement (DCE), sur 24 écoles primaires fonctionnelles, aucune ne remplit les normes requises d’hygiène et assainissement en milieu scolaire (HAMS), là où on trouve assez de latrines il n’y a pas d’eau.

Sur 11 écoles dont le DCE avait la situation actualisée, seules deux écoles disposent d’eau dans leurs enceintes tandis que les autres vont chercher de l’eau à la source. Sept sur ces onze disposent d’une porte de latrine pour un nombre oscillant entre 100 et 200 d’écoliers.

Moyens insuffisants

Ce problème de manque d’infrastructure adéquate est beaucoup plus accentué dans cette commune à cause du relief accidenté qu’on rencontre dans cette région. Faute de moyens suffisants, les écoles et même les habitants de la commune construisent leurs latrines en matériaux non durable et sur des pentes raides, ce qui fait que chaque fois qu’il y a une forte pluie, ces latrines sont emportées avec l’érosion, laissant des fosses remplies d’eau constituant un danger de mort pour les enfants.

Signalons en passant que de telles fortes pluies peuvent arriver deux fois par an d’après Mr Bucumi Anselme, le directeur de l’école primaire de Muberure : « Nous avions un bloc de latrine qui a été emporté par la pluie le 9 février 2014 lors de la déluge qui a emporté les quartiers Gatunguru et Carama de la mairie de Bujumbura, après cela, nous avons aménagé un autre bloc de 3 portes seulement pour 1600 élèves, et voilà que celui-ci vient aussi d’être emporté par la pluie au mois de mai 2015 ».

Au vue de cette situation, Protos a inclus dans ses plans un appui en matière d’hygiène et assainissement à Isale. Ainsi prévu avec notre partenaire AVEDEC: une construction de deux blocs de latrines ECOSAN (de 2 fois 4 portes) à l’école primaire de Muberure et une adduction d’eau à l’école primaire de Nyarumpongo. Des activités des clubs HAMS viennent de démarrer à l’école de Nyarumpongo et elles vont aussi bientôt commencer à l'école de Muberure après les constructions  des ECOSAN. Plein de choses à faire!

 

Editeur: Carinie Masumbuko - Protos Burundi