“Je reçois beaucoup de visiteurs à cause des infrastructures du pack GIRE”

RWANDA - C’est la phrase prononcée par Monsieur MURERAMANZI Valens, 53 ans et père de 4 enfants, habitant du village Gasharu, Cellule Gasagara, Secteur Rongi du district de Muhanga lors d’une visite du chargé de programme de Protos Rwanda accompagné par les représentants de COFORWA et de UGAMA (les partenaires de Protos dans le micro bassin de Ruterana).

Après les travaux quotidien dans ses champs, il est 14H30, nous arrivons chez lui. Il est assis dans son enclos avec sa femme et ils sont occupés par les travaux de récolte. Après une petite présentation de chacun et une introduction de notre visite, nous avons pu avoir son témoignage quant au pack GIRE installé dans sa famille.

Le couple Mureramanzi, pendant les travaux de récolte © Joseph Uwizeye
Quels sont les ouvrages que votre ménage a-t-il reçu pendant les activités de Protos et ses partenaires dans ce bassin versant de Ruterana ?

Nous avons reçu une latrine moderne, un réservoir d’eau de pluie, un jardin potager, une compostière et une cuisinière moderne.

Pourquoi vous parlez d’une latrine moderne ? Vous n’aviez pas de latrine avant ?

Elle est moderne parce qu’elle est différente à celle que nous sommes habituée, c’est la première fois que nous l’avons vue. Elle sépare les urines et les déchets solides, avez-vous vu cette latrine ici à Ruterana avant votre intervention ?

Et son utilisation ? Elle n’est pas compliquée ?

Non, nous avons eu la formation sur l’utilisation de cette latrine, COFORWA nous a formé et il y a une personne de COFORWA qui nous visite régulièrement pour voir l’état de cette dernière, elle ne manque pas à nous assister en cas de besoin.

A part de cette latrine, quel autre ouvrage vous semble nouveau ?

Le réservoir d’eau, il est nouveau chez nous. Avec nos moyens, il allait être difficile de nous construire ce réservoir. Il est aussi important pour nous : quand il pleut, nous n’avons pas besoin d’aller dans les marais pour puiser l’eau de nettoyage. Il est aussi très important pendant la dilution des urines qu’on recueille de cette latrine.

Et quoi dire des autres ouvrages : le jardin potager, le foyer amélioré et la compostière ?

Brièvement, il est difficile de dire que tel ouvrage n’est pas moderne pour nous. Pour le foyer amélioré, nous utilisons le bois de chauffage de 200 Frw pour préparer les haricots, alors qu’avec le foyer traditionnel, nous utilisions 1.000 Frw. Avant, nous mangions n’importe comment parce que le bois de chauffage était difficile à trouver, il arrivait parfois que nous mangions l’aliment incomplet. Pour le moment avec une quantité minimale de bois, nous arrivons à préparer la nourriture et les enfants ne perdent pas beaucoup de temps pour ça, ils font d’autres travaux ménagers. La particularité de ce jardin : nous l’irriguons très facilement avec un point qui est au sommet. Nous sommes à l’aise avec les légumes. Avant, nous cultivions les légumes en désordre et sans variété. Actuellement, les légumes sont en ordre et nous avons plusieurs variétés. A chaque niveau, nous mettons une variété. A titre indicatif, nous avons les légumes en abondance de façon que nous donnions à nos voisins, nous arrivons même à les vendre (150 Frw par semaine).

Quelles sont vos stratégies pour la maintenance et l’entretien ?

Ces ouvrages sont très importants dans notre vie, ils sont chers et nous ne voulons pas les perdre. Cette latrine sera utilisée par nos petits enfants, il est à nous de bien la maintenir, raison pour laquelle nous avons planté le jardin pour protéger contre l’érosion. Le réservoir aussi, pour les autres, il s’agit des renouvellements des pièces qui seront usées avec le temps.

Jardin autour de la latrine © Joseph Uwizeye
Quels sont les messages à donner ?

Notre premier message est à donner à nos voisins qui n’ont pas eu la chance de dire qu’il y a eu de la corruption pour avoir ces ouvrages. Comment le chef de village peut être corrompu par moi alors qu’il en a aussi besoin ? On nous a choisit par le tirage au sol, je ne savais même pas que j’allais être bénéficiaire. C’était transparent. A COFORWA et UGAMA, il sera mieux de nous donner des formations continues pour que nous puissions bien utiliser ces ouvrages. Quant au Protos, nous sommes toujours en attente de l’Ambassadeur de la Belgique pour lui montrer combien nous sommes reconnaissants de l’aide que nous recevions. Le dernier message concerne nos autorités locales, ils ont bien fait en choisissant notre zone qui n’est pas beaucoup développé et nous sommes contents de la sécurité de notre pays. La sécurité est la base de notre développement.

Avez-vous quelque chose à ajouter ?

Nous sommes satisfaits de voir les visiteurs qui passent chez nous à cause de ces ouvrages. Nous en recevons beaucoup et de toutes les catégories.

 

  • Editeur: Joseph Uwizeye - Protos Rwanda