Journée mondiale des toilettes - Fin de la défécation à l’air libre

Houanme était un des vingt villages du sud du Bénin qui a été certifié ‘Fin de la défécation à l’air libre’. © Zoë Parton

Disposer d’une toilette est un droit humain. Pourtant, 2,4 milliards de personnes – soit un tiers de la population mondiale – doivent vivre sans. La Journée mondiale des toilettes a pour vocation d’attirer l’attention sur ce problème.

Un accès universel à un assainissement de base est une priorité de la coopération au développement. Les Objectifs de Développement Durable sont ambitieux : d’ici 2030, tout le monde doit avoir accès à une toilette. Les Nations Unies soulignent le rôle crucial que jouent les toilettes dans une économie forte – les pathologies diminuent, la productivité augmente – et leur importance pour assurer la dignité et la sécurité, surtout celles des filles et des femmes.

Construire ses toilettes soi-même

Protos s’investit pour promouvoir l’utilisation des toilettes dans les pays en développement. Il ne suffit en effet pas de construire des toilettes là où cela est nécessaire. Le Bénin, en Afrique de l’Ouest, partage aussi cette vision. Les autorités ne donnent plus de subsides pour la construction de toilettes depuis 2013, mais appuyent la stratégie ATPC : Assainissement Total Piloté par la Communauté.

ATPC est destiné aux 1 milliard de personnes qui font encore aujourd’hui leurs besoins à l’air libre, et qui, non seulement polluent leur environnement immédiat, mais causent aussi d’énormes risques sanitaires. La méthode s’assure ainsi que les gens réfléchissent à leurs habitudes non hygiéniques et motive les communautés à construire elles-mêmes leurs toilettes, avec leurs propres moyens, sans fonds internationaux directs. Et cela semble particulièrement bien fonctionner. En août 2016, 20 villages du sud du Bénin ont été officiellement certifiés « Fin de la défécation à l’air libre ». La méthode a aussi été adaptée dans plusieurs autres pays en développement.

Magasin de toilettes

Construire soi-même une toilette suppose évidemment d’avoir la connaissance et les moyens nécessaires. C’est pour cela que s’est ouvert à Dogbo (sud du Bénin), le premier ‘sanimarché’. Tout le monde peut venir pour recevoir des conseils sur la manière de construire soi-même une toilette. Différentes sortes de toilettes et de latrines sont présentées, que ce soit des modèles très simples et bon marché ou des latrines plus élaborées comme le modèle EcoSan où les déjections liquides et solides sont traitées séparément afin de pouvoir être utilisées plus tard comme engrais.

Les visiteurs du sanimarché reçoivent des explications sur la façon d’utiliser les toilettes et peuvent aussi prendre une douche. Du savon, des tablette de chlore et des moustiquaires sont également en vente. Le sanimarché a pu être mis sur pied grâce à une collaboration entre Dogbo, Roeselare et Protos, avec le soutien de la province de la Flandre Occidentale.