Les objectifs de développement durable et l’eau

C'est ce week-end que les membres de l'Assemblée Générale de l’ONU (Organisation des Nations unies) vont ratifier l'accord obtenu au début du mois d'août concernant les objectifs de développement durable ou ‘Sustainable Development Goals’ (SDG), lors du sommet spécial à New York. Les SDG fourniront le cadre pour un développement humain durable débutant aujourd'hui jusqu'en 2030.

17 objectifs et 169 targets

Le document "Transforming our world: the 2030 agenda for sustainable development" regroupe 17 objectifs et 169 targets. Le texte fut bien reçu et le moins qu'on puisse dire c'est que les intentions sont sincères. Si nous arrivons avec la communauté mondiale à réaliser ces objectifs, la terre et ses habitants auront une vie meilleure en 2030. Dans le texte on propose une transition à une société durable dans laquelle la pauvreté serait bannie, où tout le monde vivrait mieux et où la capacité de la terre serait respectée.

Cette Déclaration est le fruit d'un long processus de consultation mondiale. Tout le monde qui le voulait, pouvait contribuer entre fin 2012 et fin 2014. En 2015 les états membres sont arrivés à réaliser le document final qui est de mise aujourd'hui.

Universalité

Cet agenda ne peut pas être considéré comme la succession de la Déclaration des Objectifs du Millénaire pour le Développement (MDG) qui avaient comme but principal la lutte contre la pauvreté. L'agenda SDG est universel et a l'ambition de vouloir éliminer les inégalités: l'agenda est pour chaque pays et actif dans chaque pays. On veut avoir TOUT LE MONDE à bord pour obtenir une société prospère et durable: un agenda inclusif. Tout te monde devra coopérer et tout le monde devra aider a financer ce projet.

Parce que les 17 objectifs sont indivisibles et doivent être réaliser en tant que 1, cela forme une communication difficile envers le grand public. C'est pour cela que on résume dans l’avant-propos les ambitions autour des 5 "P". Les 3 "P" classiques du développement durable "People, Planet & Prosperity" (on utilise explicitement le mot ‘prospérité’ en non ‘profit’), additionnés des "P" de Peace & Partnership.

Défis

Les tendons d'Achille de cet agenda sont, sans aucun doute, les "P" de Peace & Partnership en combinaison avec le "F" de Finance. Si des grandes régions du monde restent déchirées par des guerres et des conflits, avec toutes les conséquences qui s'en suivent, cet agenda n'a pas beaucoup de chances de succès.

Pour le financement de cet agenda, notre regard est tourné vers un partenariat entre tous les pays, tant bien développés, en développement et sous-développés. Tous doivent contribuer par voies publiques, comme par exemple les impôts et les taxes. Il ya des attentes très élevées à un grand support financier du secteur privé.

Ce secteur doit résolument choisir pour des produits et services durables et écologiques, partout dans le monde. Et nous tous devrons habiter dans des maisons plus durables, choisir des manières plus écologiques de déplacement et changer notre manière de consommer.

Une autre condition pour garantir le succès des SDG est que, à la fin de l'année 2015 à Paris, il y ait un sérieux accord en ce qui concerne la convention climatique. Cet accord doit assurer que l'échauffement de la terre reste sous les 2 degrés jusqu'a la fin du siècle et assurer des targets bien définis pour 2030 et 2050. Sinon on peut oublier 9 des 17 targets et jeter tout l'agenda à la poubelle!

Inapplicable

Comme beaucoup de textes des ONU, ce texte n'est pas applicable. Pourtant la Déclaration a une valeur morale, car on a préparé et négocié si longtemps avec tous les Etats Membres. En tant que société nous devrons veiller à ce que les promesses soient tenues et que chaque Etat Membre - donc aussi la Belgique - réalise les SDG. En tant que société, nous devons avoir un regard critique: quels seront les indicateurs mesurables des targets au niveau international, national ( régional)? Ces indicateurs sont attendus pour le mois de mars 2016.

L’eau

Protos est soulagé que l'eau soit un objectif séparé, avec 6 targets.

SDG 6 n'attire pas seulement l'attention sur l'accès à l'eau potable et à l'assainissement, POUR TOUT LE MONDE. Il,y a aussi beaucoup d'attention pour la prévention de la pollution des réservoirs d'eau, le traitement des eaux usées, l'efficacité des irrigations tant pour l'agriculture que pour l'industrie, l'importance d'une bonne gestion de l'eau au delà des frontières, la protection et la réparation des écosystèmes aquatiques. Pour l'agenda international, on plaide pour une bonne collaboration en ce qui concerne l'eau et le déploiement des capacités des pays en développement en ce qui concerne la collecte de l'eau, le dessalement, le traitement des eaux usées, l’augmentation de l'efficacité de l'eau, le recyclage et la réutilisation de l'eau. Puisque l'eau est indispensable à la vie, il est important que les communautés locales soient impliquées dans la gestion et la politique de l’eau et de l'assainissement.

Protos approuve le contenu du document "Transforming our World" qui commence par les Droits de l'Homme. L'eau potable et l’assainissement sont reconnus comme Droit Fondamental de l'Homme depuis 2010.

Mais Protos regrette aussi que dans le document il est nulle part question de bien commun ou "COMMONS". L'eau douce est, comme l'air et la terre , un bien commun. Les réserves d'eau douce seraient mieux gérées publiquement, partout au monde.

Aperçu du SDG6

  • 6.1 D’ici 2030, réaliser l’accès universel à une eau potable salubre et peu coûteuse
  • 6.2 D’ici 2030, parvenir à un assainissement adéquat et à l’hygiène pour tous, en accordant une attention particulière aux besoins des femmes et des filles
  • 6.3 D’ici 2030, améliorer la qualité de l’eau en réduisant la pollution, en mettant fin au déversement de produits chimiques et de matières dangereuses, en doublant les capacités de traitement des eaux usées et en accroissant de x % au niveau mondial le recyclage et la réutilisation 
  • 6.4 D’ici 2030, utiliser plus judicieusement les ressources en eau dans une proportion de x% dans tous les secteurs et adapter les retraits d’eau douce pour maintenir un approvisionnement durable 
  • 6.5 D’ici 2030, mettre en place une gestion intégrée des ressources hydriques à tous les niveaux, et, le cas échéant, par une coopération transfrontière 
  • 6.6 D’ici 2030, faire diminuer de x % la mortalité et de y % les pertes engendrées par les catastrophes liées à l’eau
  • 6.a D’ici 2030, élargir la coopération internationale et l’appui aux technologies liées à l’eau et à l’assainissement, notamment les techniques de récupération de l’eau et de désalinisation et le traitement des eaux usées, les technologies utilisées pour le recyclage et la réutilisation

Plus d'info sur le sommet des ONU (25-27/09/2015): https://sustainabledevelopment.un.org/post2015/summit