Protos souffle ses 40 bougies

Aquaduct Belladère, Haïti. © Dieter Telemans

Protos a grandi énormément au cours des 40 dernières années. D'une organisation bénévole vers une ONG professionnelle. D'un projet en Haïti vers des programmes à long terme dans plusieurs pays. De l'accent mis sur la technologie et l'infrastructure vers une stratégie de gestion intégrée de l'eau avec une attention à l'ingénierie sociale et à l'intégration institutionnelle locale.

Avec nos partenaires, nous travaillons sur l'eau potable, l'assainissement et l'eau pour l'agriculture pour environ 100 000 personnes chaque année. Mais, en plus de ça: aujourd’hui les interventions de Protos autour de l'eau sont des leviers de changements sociaux, économiques et structurels durables.

Ce qu’on apprend au berceau…

Le 14 janvier 1977, Antoon De Pesseroey, un mécène industriel du Gand – a fondé Protos, avec un certain nombre de professeurs et de jeunes diplômés des universités de Gand et de Louvain. En octobre de cette même année, Protos a été reconnu comme une ONG et nous avons reçu des subventions gouvernementales pour les premiers projets. Dans les premières années, nous n'avons travaillé que en Haïti, et en 1982 aussi en RD Congo.

En 1982, Protos s'est engagé dans un premier projet majeur : l'approvisionnement en eau potable de la capitale provinciale Hinche en Haïti. Lorsque le nouveau pipeline d'eau a été achevé en 1985, elle a été reprise par la fonction publique, comme prévu. Cependant, aucun des revenus provenant des abonnements (environ 3 000 € par mois) a été investi dans la maintenance, et quelques années plus tard, les premiers problèmes ont été identifiés. Protos avait appris sa leçon.

Construire une société plus forte

À partir de 1985, les usagers de l'eau ont été davantage impliqués dans la construction et la gestion de l'infrastructure. Une attention accrue a été accordée à la sensibilisation et à la mise en place des comités de l'eau, qui eux-mêmes ont réussi à gérer les pipelines. En conséquence, l'infrastructure a continué d'exister et les organisations de base ont été un élément de base pour l'émancipation et le développement local.

Afin d'assurer un approvisionnement en eau durable et de continuer à stimuler un processus de développement autonome, cette approche a été élaborée plus avant. Les ONG locales et les gouvernements ont été motivés à acquérir des connaissances afin qu'ils puissent eux-mêmes mener des programmes d'eau potable. Des travaux ont été réalisés sur les structures de planification et de gestion régionales pour mieux répondre aux besoins immenses. Et, grâce à des influences politiques, les gouvernements nationaux et les organismes de financement internationaux ont mis les problèmes d'eau potable et d'assainissement plus haut à l'ordre du jour.

En même temps que le changement d'approche, le champ de travail a été étendu : d'abord vers le Rwanda et le Burundi (1993), plus tard vers le Bénin (1994), le Mali (1995), vers l'Équateur (1997) et l'Ouganda (2000). Finalement, au début de 2006, Protos a commencé à Madagascar.

Gestion intégrale et locale de l'eau

Depuis 2000, Protos a fortement grandi. Avec les autres acteurs locaux, Protos applique maintenant dans certains domaines la stratégie de Gestion Intégrée de l'Eau, une gestion de l'eau coordonnée par rapport aux sols et aux écosystèmes. Cette stratégie vise à améliorer le bien-être économique et social de manière équitable sans compromettre l'environnement et les générations suivantes.

Depuis 2000, un processus de décentralisation a débuté dans de différents pays en développement. En outre, les pouvoirs de l'approvisionnement en eau et de la gestion sont transférés du niveau central vers le niveau local. Protos y répond. Ensemble avec toutes les parties, on recherche un bon partage des rôles, un renforcement des capacités et un renforcement des relations entre les gouvernements locaux, les utilisateurs d'eau organisés, les services de l'État et le secteur privé local. Grâce à la recherche-action, Protos établit avec ses partenaires les structures de gestion les plus appropriées, en tenant compte du contexte local.

Que réserve l’avenir pour Protos?

Les objectifs de développement durable – une approche globale pour parvenir à un développement plus durable d'ici 2030 – fournissent le cadre pour ajuster notre stratégie, notre approche et notre organisation interne. La vision et la mission ont été affinées. Les mots clés restent équitable, durable et participatif, mais l'accent est également mis sur la gestion de l'eau ainsi que sur l'utilisation de l'eau. Les termes «Nord» et «Sud» ont été supprimés parce que la plupart des défis au développement durable sont globaux, y compris les problèmes liés à l'eau.

Nous nous efforçons également d'obtenir davantage de synergie en collaborant avec d'autres organisations pour des objectifs ou des programmes conjoints. Cette coopération supplémentaire est recherchée à l'échelle locale et internationale, afin d'être plus efficace dans le développement et le changement qu’on poursuit.

En intégrant les innovations dans notre approche, et en aidant à façonner des évolutions, Protos reste pertinent pour nos groupes cibles et nos partenaires, ainsi que pour nos donateurs. En outre, Protos travaille également à élargir l'assise sociétale et les donateurs en Belgique grâce à une stratégie de communication active.

La pertinence de notre organisation reste évidente. Selon les derniers chiffres de l'ONU, il y a encore 844 millions de personnes sans service de base pour l'eau potable et 2,3 milliards sans toilette. L'approvisionnement en eau douce renouvelé par le cycle de l'eau reste pratiquement le même, mais doit être partagé par de plus en plus de personnes et d'applications. Cela n'est pas toujours équitable, durable et participatif.

 

Supportez Protos!

Aimeriez-vous faire un don généreux suite à notre 40ème anniversaire? Cela se fait simplement via le bouton ‘Faites un don’ sur notre site web, ou par virement bancaire au compte bancaire BE22 5230 8036 1747. Merci!