L'eau et l'agriculture

L’Eau est vitale. Personne ne doute de l'importance d'avoir de l'eau potable dans le voisinage immédiat. Mais l'eau sert a beaucoup plus qu’à boire.

Terrain d'essai pour cultiver des légumes à Belladère, Haïti © Dieter Telemans

Ainsi, 70% de l’eau douce temporairement stockée dans la terre, détournée ou pompée est destinée à l’agriculture. Dans un bon nombre de pays arides (grandes parties de l’Afrique, de l’Asie, de l’Europe du Sud, des États-Unis et de l’Amérique latine) ce pourcentage monte à 90%. Et cela concerne seulement l’agriculture irriguée, sans tenir en compte l’eau utilisée par l’agriculture dépendante de la pluie.

L’agriculture est un glouton de l’eau. Selon l’organisation alimentaire FAO, en dépit de la production alimentaire élevée dans le monde entier, encore plus de 860 million personnes souffrent de malnutrition. L’organisation alimentaire estime que d’ici 2030, il y aura une augmentation de la demande alimentaire de 55%, et même de 70% d’ici 2050. Selon l’organisation, pour pouvoir nourrir 9 milliard et plus de gens dans les décennies suivantes, la production céréalière actuelle de 2,1 milliard tonnes devra augmenter d’au moins 3 milliard de tonnes. La production de viande actuelle de 200 million de tonnes devra d’au moins doubler dans cette période . Pour cela, d’ici 2030, il faut quelque 20% plus de l’eau douce – les actions contre les effets du réchauffement climatique laissées de côté. 

Y aurait-il encore assez d'eau pour l'agriculture dans l’avenir proche ? Après tout, l'industrie exige également plus d'eau pour répondre aux besoins de plus en plus de gens. Et la nature elle-même a aussi ses droits : elle a aussi besoin d'eau suffisante.

Les ressources en eau deviennent de plus en plus rares, car ils doivent être partagées et réparties entre un nombre croissant de personnes et d'applications.