Recherche-action

L'eau est un levier de développement, mais la connaissance aussi. C'est pourquoi Protos opte résolument pour la 'recherche-action'.

Benin © Greet Verellen

La raison de ce choix: la volonté de fournir quand même une plus-value importante en tant que petit acteur dans le secteur de l’aide au développement. Dans le Sud, les problèmes dans le secteur de l’eau sont surtout dus à une mauvaise gestion et à l’absence de bonne gouvernance. C’est pourquoi  Protos et ses partenaires veulent, par cette recherche-action, développer de nouvelles idées ou de nouveaux modèles de bonne gestion/gouvernance dans les secteurs 'eau et assainissement' et 'eau pour l’agriculture' et les tester dans le contexte local.  Ensuite nous collecterons les expériences et les solutions et nous les partagerons avec les autres acteurs aux différents niveaux comme les ONG locales, les autorités locales et supérieures, les institutions, les organisations internationales...

La recherche-action n’est pas un exercice théorique, elle veut obtenir des résultats tangibles pour la population. 'L’action' est la base, la 'recherche' doit augmenter l’impact et la durabilité. L'approche suppose l’implication de tous les acteurs du développement local dans toutes les phases d’un projet de sorte qu’ils puissent appliquer les leçons tirées dans d’autres secteurs ou programmes.

La recherche-action part d’une analyse de la situation existante, de la définition des points critiques et de la mise en pratique des solutions suivie d’une évaluation. L’essentiel lors d’une recherche-action, c’est la documentation et la communication des leçons tirées car celles-ci peuvent alimenter les débats (inter)nationaux.