Structuration et professionnalisation des Organisations de la Société Civile béninoises

Point d'eau potable à Lokossa © Zoë Parton

Comment le secteur de l’eau potable, hygiène et assainissement pourrait-il se développer sans la participation active des citoyens ? Selon Protos, c’est impossible. C’est pourquoi depuis 2013, l’ONG belge, active au Bénin depuis 1994, met l’accent sur la structuration de la société civile et sur le dialogue entre les citoyens, les autorités communales et le secteur privé. Heureusement, les Organisations de la Société Civile (ou « OSC » dans le jargon), semblent avoir le vent en poupe en 2018 !

Redynamisation de la Maison de la Société Civile

Grâce au soutien de l’Union Européenne et à la Coopération Suisse, la MdSC semble se redynamiser en 2018  avec plusieurs initiatives et appels à projets dans divers domaines. Sa mission première est de « renforcer les OSC en matière de capacités d’élaboration, d’influence des décisions, de mise en œuvre et d’évaluation des programmes et des politiques de développement du Bénin. »

Lancement d’un label qualité

L’un des chantiers clef de la MdSC a été la mise en place d’un label de qualité valable 3 ans. Depuis le 15 mai dernier, cette reconnaissance est attribuée sur base de critères relatifs à l'existence formelle de l'OSC, à son fonctionnement et à son utilité publique.

Pourtant, le réalisme est de mise car tout reste à faire. Les OSC présentent à la cérémonie de lancement du label, ont ainsi souhaité que toutes les organisations adhèrent à ce processus en prenant l’engagement de se conformer aux dispositions prévues. Les OSC n'ayant pas de grands moyens ont également l'opportunité de renforcer leurs capacités car il ne suffira pas de gravir les échelons pour la labellisation mais aussi d'apprendre à être une OSC fonctionnelle, forte, crédible avec un réseau efficace de partage et de collecte d'information.

Société Civile et secteur Eau, Hygiène et Assainissement : le CANEA

En février 2018, le « café débat » de la Maison de la Société Civile s’est tenu sur le thème de l’hygiène et de l’assainissement. Le CANEA, « Cadre des Acteurs Non Etatiques du secteur Eau et assainissement au Bénin », dont le PNE (Partenariat National de l’Eau) est Président et Protos vice-président, y était naturellement représenté.

Le CANEA a été fondé en 2013, afin d’offrir une représentation aux OSC du secteur, notamment au sein du Groupe Sectoriel Eau & Assainissement. Depuis 2016, le CANEA a même sa place à la Revue Annuelle du Secteur Eau et Assainissement, ce qui témoigne d’une reconnaissance progressive de ces OSC sur la scène nationale.

2018, c’est aussi une année d’évaluation de l’atteinte des ODD. Après les faibles résultats des OMD en 2015 dans le secteur de l’assainissement, le Bénin a un important défi à relever pour atteindre la cible 6.2 d’ici 2030 : « assurer l’accès de tous, dans des conditions équitables, à des services d’assainissement et d’hygiène adéquats et mettre fin à la défécation en plein air, en accordant une attention particulière aux besoins des femmes et des filles et des personnes en situation vulnérable». Le CANEA et la MdSC entendent donc travailler main dans la main pour relever le défi. En ce sens, une grande campagne de Communication pour la priorisation de l’Hygiène et de l’Assainissement de Base dans l’Agenda national de Développement est en cours depuis ce mois d’août.

Au cœur de la société civile : les consommateurs

Dans le secteur de l’eau potable, le principal combat du CANEA en général et de Protos en particulier est, depuis plus de 4 ans maintenant, l’appui aux Associations de Consommateurs d’Eau Potable.

D’autres acteurs, comme la GIZ (notamment à travers ses programmes Proseha2 et PDDC), œuvrent aux côtés de Protos pour aider ces ACEP à se structurer. Protos a initié une vaste recherche-action sur le sujet, axée sur le financement durable de ces structures dont les membres sont strictement bénévoles. Car le militantisme ne fait pas tout et pour perdurer dans le temps, ces structures ont besoin de moyens financiers pour assurer leur bon fonctionnement, gage de leur sérieux. Le CANEA est parvenu à inscrire ce point comme recommandation de la Revue Sectorielle Eau et Assainissement tenue les 28 et 29 juin dernier.

Les mandats des membres ACEP des communes d’intervention de Protos étant arrivés à terme, la première chose à faire a été d’organiser les élections. Les membres du Bureau Exécutif (au niveau commune), ainsi que des Cellules d’Arrondissement et Délégués Village sont désormais en place et opérationnels. Ensuite, Protos a aidé chaque ACEP à élaborer son plan d’actions stratégiques et les a formé à suivre sa mise en oeuvre. Reste le financement ! Et chacun d’entre nous peut aider à défendre les consommateurs d’eau potable de sa commune : n’hésitez pas à contacter les communes ou Protos (soit par mail : info [dot] benin [at] protos [dot] ong, soit au bureau de la coordination à Cotonou, soit dans les antennes de Lokossa et de Natitingou) si vous souhaitez obtenir et/ou soutenir ces plans.

 

  • Article: Myriam Launay et Blanche Blakassi, Protos-Bénin